RECHERCHE ACADÉMIQUEARTS & SOCIETES POST-COLONIALES

Colloque Actazé 2006 : Documents & Interviews

Colloque Actazé, Petit Palais, 31 mars-1er avril 2006.
ALLOCUTION D'OUVERTURE

"L’enjeu de ce colloque est d’accompagner un renversement de valeurs essentiel dans le domaine de la création artistique internationale actuelle. La multiplicité critique des débats prendra pour cible les stéréotypes, les processus d’exotification et de discrimination, les héritages du paternalisme colonial, l’impérialisme économique et discursif de l’Occident, qui circonscrivent les territoires de l’art et des cultures contemporaines des aires post-coloniales.

Si l’artiste est producteur de singularité, il ne s’inscrit pas moins dans un contexte de production qui conditionne les modes de circulation et de reconnaissance de son art. Il s’agira pour nous de comprendre comment l’art contemporain des pays du Pacifique et d’Afrique, et autres aires post- coloniales, est marginalisé par les mécanismes actuels de reconnaissance artistique. Les artistes sont en effet confrontés au double enjeu qui consiste à exister hors d’un imaginaire occidental qui les stigmatise ou les récupère pour rafraichir la “vieille Europe”, et cependant à pénétrer un marché de l’art dont la maîtrise est essentiellement américaine. Les imputations ethniques et géographiques, les approches culturalistes qui enferment leurs productions constituent pour les artistes africains et océaniens des conditions de visibilité et de reconnaissance difficiles et ambiguës. Si l’esprit d’héroisme colonial disparaîtra, son héritage est encore prégnant dans des formes néo-colonialistes qui modèlent certains discours sur les œuvres.

Comme le pensait Frantz Fanon, il nous faut sortir de ce « monde de statues » où l’on transforme la complexité d'une culture vivante et changeante en un « objet traditionnel » figé, momifié sur les stèles des Musées d’Europe. Ecrivons une Histoire de l’art pluraliste : affirmons l'existence d'Histoires des arts et des cultures sans vainqueurs ni vaincus, aucune ne se prévalant d’un ascendant sur l’autre.

Pour Actazé, l’enjeu de ce colloque est précisément d’instaurer une plateforme de recherche et d’action qui réinvestisse les discours dominants en se réappropriant la fonction discursive qui conditionne l’inscription historique des œuvres. Un tel projet aura aussi pour vocation de décoloniser les critères de sélection, de marchandisation et d’exhibition des œuvres, mais encore de favoriser l’autonomisation des artistes et leur mise en réseau.

L’association développe d’ailleurs aujourd’hui son action dans la région Asie-Pacifique à travers le développement de réseaux alternatifs de chercheurs et de créateurs dont les projets s’inscrivent dans une politique de partage des ressources et de diffusion de la connaissance. L'Histoire de la diversité culturelle commencera avec celle de la décolonisation des imaginaires et une telle entreprise implique une réflexion critique importante qui doit débuter au sein même des aires post-coloniales."

 

Valérie Morignat, Directrice de la Conference Internationale Actazé 2006

>> Continue reading page 3