RECHERCHE ACADÉMIQUEPRÉSENCES RÉELLES DANS LES MONDES VIRTUELS

« Pour moi, le monde futur ne sera pas un lieu mais un événement. Non pas la construction d'un écrivain, des mots formant un roman ou une nouvelle que les gens auront sous les yeux et qu'ils liront de l'extérieur – mais plutôt une construction dans laquelle il n'y aurait ni auteurs ni lecteurs, mais un grand nombre de personnages en quête d'une histoire. »

Philip. K.Dick, L'homme et l'androïde (1)

Dans la conclusion d'Univers de la fiction, Thomas Pavel relevait la tendance remarquable consistant à réduire « la distance qui sépare le spectateur du monde fictionnel » (Pavel,1988:184) (2). Les arts numériques interactifs amplifient ce fait en élaborant des stratégies immersives qui impliquent le spectateur dans un parcours historique et incarné à l'intérieur de mondes virtuels.

La mise en intrigue devient alors dans les environnements numériques ce « phénomène-enveloppe » (3) qu'évoquait Merleau-Ponty au sujet de l'organisme. Elle est désormais l'événement d'une communication intersensorielle opérée « entre les éléments » (4), à l'intersection des actions du sujet et de la générativité des programmes (Merleau-Ponty,1994:275). Semblable à l'organisme merleau-pontien, la narration interactée « ne dépasse la causalité que par le détour d'une réinterprétation d'une nouvelle dimensionnalité, par intégration et différenciations qualitatives » (276) (5). Ainsi, c'est à une véritable ontogénèse du récit que nous conduira l'analyse des systèmes artificiels qui le mobilisent.

Dans le Cinéma interactif comme dans le Jeu Vidéo, nous approcherons les modalités des processus narratifs interactés qui président à l'émergence d'environnements virtuels complexes. Lorsque l'Intelligence Artificielle - dans les systèmes multi-agents et les systèmes intentionnels - accompagne l'élaboration narrative, on verra que la trame évolutionnaire du vivant supporte des intrigues « émergentes» et « enchevêtrées », singulières « histoires non (encore) racontées » dont Ricœur suggérait l'existence dans Temps et récit (Ricœur,1983:142) (6). Dans ce contexte, se profile une narration écologiquement située.

Histoires Potentielles

Dans Temps et récit I, Paul Ricœur désigne par l'expression de « mise en intrigue » les opérations de configuration et les agencements qui actualisent une histoire. Décrivant ces procès instaurateurs, il leur attribue une dimension existentielle à travers de singulières interrogations : « pourrions-nous parler d'une vie humaine comme d'une histoire à l'état naissant ? […] Sans quitter l'expérience quotidienne, ne sommes-nous pas inclinés à voir dans tel enchaînement d'épisodes de notre vie des histoires « non (encore) racontées », des histoires qui demandent à être racontées ?» (Ricœur, 1983:141) (7).

>> Poursuivre Page 2